Pour sauver le Clos des Bernardines
FinancementLe_financement.html
Accueil
PhotosPhotos/Photos.html
Blog et newsBlog/Blog.html
LiensLiens.html
 
 

Un peu d’histoire


Rue des Barons, à Belley, dans l’angle avec la sous-préfecture, un vieux bâtiment oublié raconte à celui qui s’attarde, trois siècles de l’histoire de la ville. Créé par l’ordre bénédictin des soeurs Bernardines, il fut pendant longtemps un couvent où l’on assurait l’éducation des jeunes filles, mais aussi où l’on cultivait la vigne en plein coeur de la cité.


Les plus anciens belleysans se souviennent d’un temps où le bâtiment fut transformé en cinéma avant d’être abandonné. La sous-préfecture s’installe dans la partie sud. Le reste, vide et ouvert à tous les vents, dépérit et allonge la liste des friches de la ville de Belley. Il est actuellement propriété du Conseil Général de l’Ain.

 

Sauvons les Bernardines


La situation des Bernardines attriste de nombreux bugistes attachés à leur patrimoine. Par le passé, quelques projets ont été envisagés, mais aucun n’a pu aboutir en raison de l’ampleur du chantier, de l’état de délabrement du bâtiment et de la particularité des lieux.


Mais depuis l’été 2012, l’espoir renait. Une initiative s’est faite jour sur l'impulsion de Colette Sonzogni qui a réunit un groupe de passionnés et créé une association loi 1901 porteuse du projet : l’ARCOB, Association pour la Réhabilitation du Clôt des Bernardines. Pour la première fois, un projet semble réalisable dans ce lieu emblématique de Belley.

Le projet


La ville de Belley dispose de nombreux équipements sportifs, d’une médiathèque, d’une salle de spectacle, bientôt d’une autre salle pour la production de groupes musicaux locaux mais les arts plastiques sont oubliés. Aucun lieu dédié aux artistes, plasticiens, peintres, sculpteurs. Aucun endroit pour accueillir des scolaires, assurer des cours d’arts plastiques et permettre des expositions.


L’association ARCOB souhaite créer dans ce lieu des ateliers d’artistes, des salles de cours à dispositions des scolaires et plus largement des publics intéressés par l’art. La chapelle sera transformée en salle d’exposition et de spectacle pour accueillir de petites troupes de théâtres et de danses.

Pour le rayonnement artistique du Bugey


Des artistes locaux pourront s’installer à demeure dans les ateliers, d’autres, originaires de toute la France et de l’étranger seront accueillis en résidence. Le théâtre, oublié de la culture locale, reprendra sa place dans la mosaïque culturelle bugiste.


La renommée et l’attractivité d’une région se fondent sur un ensemble d’activités proposées à la population. Les apports économiques du tourisme ont besoins de diversité. La création, dans le couvent des Bernardines, d’un   pôle artistique comble une lacune dans le paysage culturel du Bugey.

Contact et mentions légalesContact_et_mentions_legales.html
1 € pour un couventLe_financement.html